Cartes sur table avec… Alexandre Rey

Jan
12
2011
Cartes sur table avec… Alexandre Rey
16.02.2011 16:02 - rédigé par
A A A

C’est merveilleux pour moi d’être rester dans un milieu que j’aime, celui du football.

C’est un plaisir de rencontrer Alexandre Rey, souriant, ouvert tout en restant vigilant comme lorsqu’il partait, balle au pied, à la conquête du but. Réflexes intacts, les réponses fusent. Dans ce sympathique dialogue, comme précédemment sur le terrain où plus encore pour un attaquant que pour un défenseur les fractions de seconde ont leur importance, rapidité d’exécution !

  • Vous avez donc quitté le football actif, du moins au plus haut niveau, pour embrasser une carrière professionnelle qui reste encore liée au football puisque vous êtes directeur de Pro’Imax. Des regrets chez le footballeur ?
  • Non ! Sur ma carrière, aucun ! J’ai fait le maximum avec les capacités qui étaient les miennes. Un regret peut-être de n’avoir pas pu jouer à l’étranger, mais à l’époque un Suisse était un extra-communautaire…
  • Ce qui signifie que l’accès aux équipes de l’Union européenne était extrêmement difficile.
  • Plissant le front, il nuance :
    D’avoir arrêté le football, ce qui me manque parfois, c’est un peu cette adrénaline qui nous tenaille positivement la veille du match, à l’entrée sur le terrain et…
  • Quoi donc ?
  • Lorsqu’on marque un but !

Merveilleux !

  • Qu’en est-il du désormais directeur de Pro’Imax ?
    Sa réponse s’ouvre sur un sourire :
  • Beaucoup de satisfactions ! C’est merveilleux pour moi d’être rester dans un milieu que j’aime, celui du football.
  • En un mot comme en cent, ce poste lui plaît énormément.
    En quoi, dans les grandes lignes, consiste votre activité ?
  • Il y a le secteur qu’on appelle dans le métier « corporate identité », lequel englobe les publications, les abonnements en avant-saison, les affiches, la publicité, par exemple à l’arrière des bus.
    Il poursuit :
    En dehors des matches, il y a la recherche de sponsors. Lors des matches, toute l’organisation des loges, de l’accueil du Club des Amis, des membres du Business-Club.
  • Mais encore ?
  • Oui je résume, je m’en tiens au principal. Mais il y a aussi, hors des matches, la gérance des deux salons qui se prêtent admirablement bien aux séminaires, aux conférences de presse.
  • Pas de quoi s’ennuyer !

500 à 600 repas

  • A-t-il encore le temps de voir les matches ?
  • A la Maladière évidemment… …même si, à chaque match, il convient de prévoir, d’organiser 500 à 600 repas.
  • Il y a donc des coups de feu. Mais il voit aussi le match…
  • Par à coups, intervient-il, car il a toujours aimé à être précis.
  • Et quand l’équipe joue chez l’adversaire ?
  • J’y vais assez souvent.
  • N’avez-vous pas des démangeaisons au bout des pieds quand, comme ce fut le cas lors du dernier match contre Sion, on rate le but alors que la cage avait ouvert tout grands les battants de sa porte ?
  • Non, car je continue à taquiner la balle. J’ai la chance d’entraîner des jeunes attaquants du club. L’ASF a créé une filière en faisant appel aux différents types de joueurs afin que chaque jeune puisse spécifiquement s’améliorer dans sa spécialité.
  • Ainsi, Alex Rey s’efforce d’inculquer ce qu’on considère comme l’alphabet-type de l’attaquant, et si possible, selon la compréhension de ces jeunes prometteurs, de A jusqu’à Z.

Un bon groupe mais…

  • Parlons de Neuchâtel Xamax, dont le parcours en championnat n’est pas de tout repos !
    Que pouvez-vous en dire ?
  • On ne saurait nier qu’on est un peu déçu. On a de la peine à gagner « à la maison ». Non, ça ne tourne pas ! Dommage, et aussi pour le public. Il faut vraiment qu’on puisse tirer avantage d’opérer chez soi et parallèlement du terrain synthétique.

    Il ajoute :

    L’équipe fait de très bonnes choses, mais il faut plus de rigueur.
  • A quel rang pensez-vous que Neuchâtel Xamax terminera le championnat ?
  • Dans un championnat à dix équipes, chaque match est très difficile. Ne parlons pas du groupe de tête, mais ensuite il suffit de peu de chose pour qu’on se retrouve en zone dangereuse.
  • A quel rang, l’équipe terminera-t-elle ?
  • On se doit d’être optimiste. Nous avons un bon groupe dont j’espère qu’il sera renforcé dans les secteurs où apparemment c’est nécessaire.
  • Quel rang donc ?
  • Oui, je reste optimiste : 5ème ou 6ème !

Les premiers à…

  • Neuchâtel Xamax est encore en course pour la Coupe.
     Quelle trajectoire encore ?
  • Le regard de Rey s’illumine :
    Ah la Coupe, c’est magnifique, surtout quand on la gagne !
  • Ce qui lui est arrivé avec Sion.
  • Oui entre Sion et Neuchâtel Xamax, les perspectives sont à l’opposé. Sion, onze finales et onze victoires. Neuchâtel Xamax, plusieurs fois en finale, et toujours vaincu.

    Il commente :

    L’état d’esprit, pour les joueurs de chacune de ces équipes, sera désormais lors d’une finale complètement différent. Pression positive pour les joueurs de Neuchâtel Xamax, car ce seraient les premiers à gagner la finale. Tandis que pour Sion, en cas de défaite, ce seraient les premiers à perdre une finale.

Il joue et fait jouer

  • Passons à un thème plus général !
    Quel est le footballeur, actuellement en activité, qui vous séduit le plus ?
  • Aucune hésitation : la réponse fuse :  Iniesta !

    Il s’en explique :

    Il est représentatif de l’esprit du football qui est un jeu d’équipe. Iniesta joue et fait jouer. De plus, c’est un être attachant, d’une grande humilité.
  • Et quel entraîneur auriez-vous voulu avoir ?
  • Intéressant d’être une fois sous les ordres de Mourinho. Mon rêve cependant aurait été de me trouver dans un club comme Barcelone où tous ont la même philosophie. Ils viennent du sérail. Ils ont la même identité. C’est exceptionnel !

Pas de joker

  • Avant de terminer, taquinons-le ! Puisqu’on vient de parler de l’Espagne, posons-lui quelques banderilles, une au moins !
    La présidence de Neuchâtel Xamax pourrait-elle un jour vous intéresser ?
  • Courageusement, il ne recourt pas à un joker. Il dit :
    Holalà, il faut avoir des épaules solides. Et pas seulement les épaules ! Il faudrait que de nombreuses conditions soient réunies.
  • Devenir par exemple préalablement millionnaire à l’Euro-Millions ?
  • Il est évident que ça pourrai aider, mais il n’y a pas que cela. Et de loin pas !
  • Donc, ne devenons pas encore plus maladroit en insistant. Une dernière question cependant :
    Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui désire faire carrière en football ?
  • D’aller pas à pas ! Définir ses objectifs à court et à moyen termes. D’abord une formation au sein de Neuchâtel Xamax. Puis rester à Neuchâtel en gravissant les échelons ! S’étoffer, gagner en expérience.
  • Ensuite ?
  • Une fois bien armé, tenter certes sa chance, mais, en toutes circonstances, garder du plaisir. Et, par exemple pour un attaquant, conserver cette insolence de la jeunesse, rester créatif, tenter, oser…
  • Et ce brave Alex, projetant ces jeunes dans l’avenir, fait lui-même un saut dans le passé, le proche passé : l’adrénaline était revenue !

Val.

Les 5 derniers titres

La billetterie est ouverte!
Enfin du public à la Maladière....plus »
Résumé du match Vaduz - Xamax
Premier match du championnat 2021/22 et première victoire des Rouge & Noir ...plus »
Bienvenue Dylan
Un international cap-verdien à Xamax !...plus »
Notre nouveau maillot
Disponible dès le jeudi 22 juillet à la boutique de la Maladière Centre...plus »