Consécration et euphorie

La saison qui suit couronne enfin le travail des « deux Gilberts », Gress et Facchinetti, Neuchâtel Xamax devient Champion de Suisse 1986-87 au terme d'une saison triomphale (5 points d'avance sur leurs poursuivants), plus de 20'000 spectateurs assisteront à la victoire finale contre Aarau, le titre étant déjà acquis depuis le 1-1 à Lausanne lors la ronde précédente. Le parcours européen ne suit malheureusement pas. Cela ne mine pas pour autant le moral de l'équipe qui remporte immédiatement son deuxième sacre national (1987-88), dans une lutte serrée qui a maintenu le suspense jusqu'à la dernière ronde et une superbe victoire à la Maladière. Le parcours européen de la saison qui s'ensuivit fut court mais reste encore dans toutes les mémoires, après s'être imposé contre le Bayern Munich par 2-1 à domicile, Neuchâtel Xamax ne fut qu'à.. 2 minutes de l'exploit de sortir un 0-0 à L'Olympiastadion.

Suivirent 2 saisons en demi-teinte, le départ de Gilbert Gress et l'arrivée de Roy Hodgson, des résultats très corrects en championnat, une troisième finale de coupe perdue face à Grasshoppers, un mémorable scandale en coupe des clubs champions contre Galatasaray, et surtout, le bohneur devient habitude, une nouvelle épopée européenne ou le Celtic de Glasgow fut étrillé 5-1 à la Maladière dont quatre buts du « Papin africain » Hossam Hassan. Le huitième de finale qui s'ensuivit fut une retrouvaille avec le Real de Madrid. La victoire par 1 à 0 à Neuchâtel ne suffira pas, le 0-0 à la mi-temps à Santiago Bernabéu se transformera en un sec 4-0.

Roy Hodgson étant appelé à entrainer l'équipe nationale suisse à plein temps (il entraina les deux équipes durant quelques mois), on procéda en 1992 à un échange à l'amiable d'entraineurs et Ueli Stielike prit le chemin inverse. Les deux saisons qui s'ensuivirent sous la houlette de l'Allemand furent très modestes. Stéphane Henchoz, futur pilier défensif de notamment Hambourg et Liverpool, effectue ses tout débuts au sein du club.

En 1994 Gilbert Gress effectue son grand retour à la tête de l'équipe neuchâteloise, Xamax gagne à nouveau, retrouve l'europe, rate le titre de peu en 1996-97, et signe à nouveau un parcours européen digne de son passé, élimine notamment l'Etoile Rouge Belgrade et le Dynamo Kiev, puis en 1997 doit concèder sa première défaite européenne à domicile par 0-2 contre l'Inter de Milan de Ronaldo, ceci après 28 rondes de coupe d'Europe... Cette même saison 1997-98 sera également pénible en championnat, et Gilbert Gress quitte son poste.

RSS Share to Facebook Share to Twitter Email This More...