Valentin Borghini : Tous azimuts

Jun
04
2012
Valentin Borghini : Tous azimuts
04.06.2012 15:30 - rédigé par Neuchâtel Xamax
A A A

Xamax : cinq enquêtes-minute

L’avenir de Xamax (en référence au nom qu’il portait il y a 100 ans quand il fut créé avec la collaboration, et pas seulement le prénom, de XAM Abegglen), ne laisse pas les Neuchâtelois et les nombreux amis « du dehors » indifférents, et c’est heureux. Dès lors, nous avons pensé qu’il serait intéressant, et même instructif, de reproduire ci-dessous les avis de personnes à la porte desquelles nous avons frappé.

Dans une démocratie telle que la nôtre, la voix du peuple n’est jamais négligeable. Et ce qui est encourageant, c’est que, dans cet arc-en-ciel de réponses, émergent des couleurs vives, lumineuses, à forte connotation d’optimisme.

Paul Vionnet (Morges)

Dans ma… passion du football, j’aime cinq équipes : Forward Morges, Servette, Xamax, Lausanne-Sports et Sion. S'agissant de Xamax, son nom fut longtemps une énigme pour moi puisque le mot était le même qu’on commence par le début ou par la fin. Donc un club à part, entre les bourgeois lausannois et les populaires Servettiens. En vérité, je suis déçu de voir comme le club a… pataugé. Il est vrai que le football draine trop de millions.

Un temps, les primes étaient de 100 francs par victoire, ce qui permettait de s’acheter… une belle paire de soulier. Et 50 francs par match nul ! L’avenir de Xamax ? Impossible  que Xamax n’existe plus !

Willy Form (Neuchâtel)

Lorsque je suis arrivé à Neuchâtel en 1963, l'argent n’était pas encore massivement omniprésent dans le foot. Peu après, les salaires des joueurs ont commencé à prendre l’ascenseur pour arriver à des montants vertigineux. Puisque, la qualité footballistique d’un club est intimement liée à son budget- ce n’est pas un hasard que le FC Bâle gagne si facilement aussi bien le championnat suisse que la coupe. Or, comparativement, une petite ville comme Neuchâtel ne peut plus se mesurer dans la même ligue que le club rhénan.

Les fans de Xamax devraient se contenter que leur club, dans un avenir pas trop lointain joue en premier ligue, et éventuellement plus tard en challenge ligue,sauf si l'on trouve un sponsor de la capacité d’une Gigi Oeri, ou bien, si les autres clubs de la Superligue suisse connaissent le sort de Xamax, ce qui les obligerait de réduire drastiquement leur budget et ainsi la qualité de leur jeu. Dans un tel contexte, il serait alors probable que Xamax joue à nouveau dans une superligue, mais dans une superligue de qualité footballistique bien inférieure.

Peter Jenoure (Gravesano)

L’avenir du nouveau « petit » Xamax reposant sur une « génétique » centenaire, donc solide, ne va certainement pas (trop) souffrir de l’atteinte récente à la santé de son parent, à condition que l’on pratique absolument la prévention « secondaire » de toute façon indispensable dans ce genre de situation : choisir des parents = dirigeants compétents, patients, réalistes et lucides, des parrains et marraines = entourage direct fortement ancré dans la population régionale, fidèle surtout dans les moments difficiles inévitables dans tout développement, concrètement généreux, et des amis nombreux actifs, disponibles, constructifs. Ainsi secondé, rien ne devrait pouvoir s’opposer à une croissance équilibrée et harmonieuse.

Docteur P.Jenoure, Gravesano, ancien médecin du club.

Jean-Pierre Jelmini (Neuchâtel)

 Les palindromes ont ceci de particulier qu’ils peuvent se répéter à l’infini dans un sens comme dans l’autre. C’est sans doute dans cet esprit qu’il faut croire à l’avenir infini de XAMAXAMAXAMAXAMAX... Sur le même mode, nous enchaînerons notre attachement au futur XAMAX à celui que nous avions pour l’ancien.

Les aléas de l’histoire étant ce qu’ils sont, il sera sûrement plus enthousiasmant de voir la nouvelle équipe se battre pour monter que de suivre patiemment, comme nous l’avons fait, les efforts lancinants de l’ancienne pour ne pas descendre!

Soyons positifs et réjouissons-nous de l’époque sui s’ouvre et qui, après quelques joyeuses promotions successives nous ramènera là où nous venions d’arriver! Une belle équipe et des beaux matchs! Au moins aurons-nous appris, dans l’intervalle, que les plus beaux jouets se cassent parfois quand on les confie imprudemment à des brise-fer!

Claude-Alain Kleiner (Val-de-Travers)

Le millésime 2012 promettait beaucoup. Hélas, le présent n'a pas été à la hauteur des ambitions justifiées du club-phare du Canton de Neuchâtel. Dès lors, il convient de garder espoir en mettant tout en oeuvre pour un avenir meilleur. Par respect envers les Aînés qui ont jeté les premières pierres! Pour les amoureux du football et de la Maladière ! Mais aussi et surtout, pour les jeunes de ce canton qui ont besoin de modèles et d'idoles pour se construire!

 

D’autres témoignages nous parviendront peut-être. Si c’est le cas, ils feront l’objet d’un prochain billet.

Valentin Borghini

Les 5 derniers titres

Second essai en Angleterre pour Loïc Jacot
Après Manchester City, place à Liverpool...plus »
Camp d'entraînement à Murcia en Espagne
Retrouvez toutes les photos sur notre compte Instagram @xamaxfcs...plus »
Appel au public
Choisissez le maillot de la saison prochaine...plus »
Léo Farine prolongé d'une année
Neuchâtel Xamax FCS mise sur l’avenir en prolongeant le contrat de Léo Farine...plus »
Camp d'entraînement
Neuchâtel Xamax FCS en Espagne ...plus »
B&H
Instagram
Shop
Appli
Option-web.ch - Smileys