Cartes sur table avec ... Michel Favre

Apr
03
2011
Cartes sur table avec ... Michel Favre
05.04.2011 17:06 - rédigé par
A A A

Que d'occasions à Bâle !

C’est sur le vice-président du Conseil d’administration de Neuchâtel Xamax SA, Michel Favre, que nous avons, si l’on peut dire, braqué l’objectif. Le club, il le connait depuis toujours, et déjà bien sûr quand le vocable Xamax n’était pas accolé à celui de Neuchâtel, ce qui donna, notamment à l’étranger, une signification plus géographique de l’équipe, du club. Combien de fois, lors de la glorieuse période des Coupes d’Europe, ne disait-on pas à l’automobiliste immatriculé NE :

-. Ah, Neuchâtel ? Neuchâtel… Xamax ?
 Du club « rouge et noir », Michel Favre fut même pendant de nombreuses années le directeur sportif.
-. Vous suivez vraiment tous les matches sans exception ?
-. Oui, en principe tous, tant à la Maladière que chez l’adversaire !
-. N’est-ce pas parfois un peu lourd ?
-. Quelquefois oui, mais je vous avouerai que je suis encore plus stressé… si je reste à la maison.
Et il ajoute :
-. J’aime l’ambiance des stades, des vestiaires.
-. On vous voit même fréquemment durant la semaine à la Maladière et l’on aurait tendance à ajouter : à même le terrain, c’est-à-dire en suivant de très près le travail de l’entraîneur et de ses adjoints. La raison ?
-. Je le répète, je suis un passionné. J’observe, et parfois j’ai un petit dialogue avec l’entraîneur sans que je ne cherche à m’imposer. C’est un entretien amical qui pourra rendre service.

Extrêmement difficile !
Venons-en à ce match, perdu par le score le plus petit, 1-0, contre Bâle ! Michel Favre précise :
-. Ce n’est un secret pour personne que c’est extrêmement difficile de gagner à Bâle. Dans l’ancien stade, nous avons parfois réussi à nous imposer. Mais, dans le nouveau, l’ambiance, la pression, c’est tout autre ! Consultez les statistiques ! Bâle perd rarement chez lui !
-. Pression, dites-vous ! Egalement sur l’arbitre vraisemblablement ?
Michel Favre s’interpose :
-. En ce qui concerne ce match, l’arbitre fut très bon.
Il revient plus précisément sur le déroulement du match :
-. J’ai des regrets, oui des regrets, car il avait été très bien préparé. Il s’agissait en quelque sorte de… tenir puis de spéculer sur des contres. Or, le dernier geste a fait défaut. Les occasions n’ont pas manqué, mais…
-. Quoi donc ?
-. Il faut l’admettre, au moment de ce dernier geste, celui qui fait mouche, il y a hélas eu beaucoup de maladresses.
 
Pour un but de trop !
Le match a connu deux phases très différentes. Notre… témoin-commentateur le confirme :
-. La première demi-heure, notre première demi-heure, ce fut… catastrophique. Je craignais le pire, et d’encaisser beaucoup de buts peut être fatal au décompte final de la saison.
On sait effectivement qu’en cas d’égalité de points, c’est la différence de buts qui départagera. Pour un but de trop dans ce classement subsidiaire, on peut être relégué.
-. En deuxième mi-temps cependant, changement de décors ! Bâle était nerveux. Son public s’est même mis à siffler.
Michel Favre souligne :
-. Ce fut même, et cela depuis longtemps, une des meilleures mi-temps de l’équipe. Elle était volontaire, sans peur.
C’est le dernier geste, la conclusion, qui a hélas manqué, on ne le répétera jamais assez ! Mais c’est le passé !
 
Si à Zurich…
 Et le proche avenir ?
-. Le championnat est loin d’être fini. Quelles perspectives ?
-. A Neuchâtel, chez nous, et j’insiste : sur notre terrain, il nous reste cinq matches. Nous pouvons, nous devons nous en sortir. Mais il nous faut faire des points à la Maladière.
Haussant les épaules, il murmure :
-. Sans marquer des buts, et la Palisse serait de mon avis, on ne peut pas gagner.
-. A l’heure actuelle, dans le présent contexte, il nous manque peut-être un finisseur ?
-. Comment dire ? Vous prêchez un converti ! Toutefois, si l’on poursuit sur la lancée de notre seconde mi-temps à Bâle, on ne tardera pas à récolter des points.
-. Un mot sur la Coupe, sur les deux dernières étapes possibles ?
-. C’est particulier, un quitte ou double ! Mais si, à Zurich, nous jouons comme à Bâle en seconde mi-temps, j’ai bon espoir.
 
De bonnes idées !
Avant de terminer, abordons encore un sujet d’actualité !
-. Que pouvez-vous dire en ce qui concerne la présidence du club puisque la personne qui semblait disposée à prendre le relais vient de renoncer ?
-. Je ne connais pas M. Daniel Knöpfel. C’est un sponsor apprécié du club. Je sais qu’il avait de bonnes idées.
Réaliste comme toujours, il complète :
-. Il nous rendrait certainement service de nous les faire connaître.
-. Que faudrait-il pour que l’équipe de Neuchâtel Xamax redevienne celle qui nous a fait tant vibrer ?
-. Que je précise tout d’abord que les temps ont considérablement changé. Avec le budget dont on disposait à l’époque, il nous était possible de constituer une bonne équipe. Aujourd’hui, la donne n’est plus la même.
-. Alors ?
-. Il nous faut d’abord réapprendre à gagner à domicile. C’est primordial pour que le public revienne. Car, sans parler de février 2007, le nouveau stade de la Maladière a déjà fait plusieurs fois le plein.
Il complète :
-. Et si l’équipe se met à gagner plus souvent à la Maladière, ce qui est d’ailleurs indispensable, on n’aura moins de problèmes… d’identification.
Clair, net ! Et maintenant pour éviter le précipice, la parole à la cordée des joueurs ! Mais parallèlement des points, car, déjà à Berne contre Young Boys comme en seconde mi-temps à Bâle, ils avaient fourni un bon match… sans suite cependant en ce qui concerne le classement !
Val.

Les 5 derniers titres

Trois questions à Maël Zaugg
« Au début, j’étais tout gêné… »...plus »
Xamax en Valais
Une télécabine "Rouge et Noir" à Anzère...plus »
Présentation du match Selección AFE - Xamax du 19.01.2018
Dernier test en Espagne...plus »
Participez au sprint final vers la promotion
Soyez fiers d’être Xamaxiens : offrez le ballon du match !...plus »
Second essai en Angleterre pour Loïc Jacot
Après Manchester City, place à Liverpool...plus »
B&H
Facebook
Shop
Appli
Option-web.ch - Smileys