Une-Deux avec Roberto Cattilaz

Dec
09
2013
Une-Deux avec Roberto Cattilaz
18.12.2013 12:48 - rédigé par Neuchâtel Xamax FCS
A A A

Rencontre avec l’une des figures de ce nouveau Neuchâtel Xamax FCS : Roberto Cattilaz

C’est un visage bien connu dans le paysage du football neuchâtelois. Depuis maintenant deux ans, Roberto Cattilaz est l’entraîneur de la première équipe et le directeur sportif des Rouge et Noir. L’homme, âgé de 39 ans, est également instructeur à l’Association Suisse de Football. Formé au FC Hauterive et à Neuchâtel Xamax, il a ensuite joué à Serrières et Colombier. Du terrain au banc, il va entraîner plusieurs équipes de la région : Serrières II, Marin, Bôle, avant de rejoindre Neuchâtel Xamax et la formation. Des M16 en passant par les M18 et les M21, Roberto Cattilaz est devenu aujourd’hui l’homme fort du banc.

Rencontre avec l’une des figures de ce nouveau Neuchâtel Xamax FCS.

Roberto Cattilaz, commençons par faire plus ample connaissance. Quel style d’entraineur êtes-vous ?

Le football que j’aime est fait de beau jeu et de passes. J’apprécie d’avoir une équipe technique. On peut observer que les meilleures formations sont solides défensivement. Il n’est pas possible de tout miser sur l’attaque.

Un style que l’on retrouve dans le jeu de Neuchâtel Xamax ?

J’aimerais qu’on essaie de jouer, de faire courir l’adversaire, de le fatiguer et d’en profiter plus tard dans le match. Cela peut être à double tranchant, mais c’est un des principes qui a été mis en place.

Retour sur la performance d’équipe de cette première partie de saison, quel sentiment vous habite ?

Un entraineur n’est jamais satisfait à 100 %. Avoir 10 points d’avance sur le deuxième au classement est une bonne chose. Mais le chemin est encore long, il faudra continuer dans cette voie. Etre humble et bien travailler.

Quels sont les points positifs à relever ?

Je crois qu’on a présenté du beau jeu. L’esprit des joueurs doit également être mis en avant, il est vraiment excellent. Le groupe s’investit totalement dans le projet mis en place. L’ambiance de travail est donc sereine. Mais le véritable état d’esprit d’une équipe se découvre dans la difficulté. C’est là que les personnalités ressortent et qu’on verra qui a du caractère, mais surtout si les joueurs feront primer les intérêts du groupe avant leur cas personnel.

Et les points à améliorer ?

Il y en a toujours ! Nous devons encore beaucoup travailler les phases défensives. Mais offensivement aussi, il y a des choses à améliorer. Cette équipe a une énorme marge de progression. Vous voyez, je vous le disais, jamais satisfait à 100 % (rires).

Comment s’est déroulée l’intégration des nouveaux joueurs venus cet été ?

Impeccable. Ce sont des joueurs très intelligents. Ils donnent l’impression d’être là depuis une dizaine d’années, ils ont pris leurs repères facilement. C’est vraiment agréable de voir qu’ils se sentent comme à la maison, c’est également valable pour les joueurs qui étaient présents l’année passée.

Convaincre ces joueurs de venir à Neuchâtel Xamax a été difficile ?

Très difficile, mais je dirais qu’il y a eu un déclencheur dans tous ces transferts. Le déclencheur c’est Kiliann Witschi. Au moment où il a décidé de venir chez nous, d’autres l’ont suivi.

Faut-il renforcer l’équipe actuelle pour ce second tour ?

A condition d’une plus-value pour l’équipe. Mais il est également possible de s’appuyer sur quelques moins de 18 ans, bien qu’ils ne soient pas encore totalement prêts pour être titulaires. Il faut essayer de travailler avec les jeunes du cru. J’aimerais que les renforts viennent aussi du contingent actuel. Ceux qui ont moins joué doivent démontrer une saine révolte. Cela doit se traduire par une plus grande implication lors des entrainements et des matches. Maintenant, si une bonne opportunité se présente, pourquoi pas, tout est ouvert. Il faudra voir si le joueur en question a l’état d’esprit positif pour intégrer ce groupe. Les caractères sont très importants.

Est-ce qu’il y a un secteur en particulier où un joueur serait le bienvenu ?

Un milieu de couloir très fort dans le un contre un peut-être. Nous en avons dans notre contingent, mais il faut qu’ils se réveillent (rires) !

L’objectif sportif de cette fin de saison, c’est la promotion ?

C’est clair que nous voulons remonter le plus vite possible. Mais disputer les finales, c’est l’objectif. Après c’est le football, tout est possible.

Vous ressentez cette attente de voir Xamax remonter rapidement les échelons ?

J’entends deux points de vue, deux sons de cloche. D’une part, certaines personnes qui sont impatientes de remonter. D’autre part, les anciens joueurs du club qui ont joué en Super League ou en Challenge League et qui comprennent que ce n’est pas aussi évident que cela.

Quels messages souhaiteriez-vous transmettre aux supporters xamaxiens ?

Qu’on aimerait faire confiance à des Neuchâtelois pour qu’ils puissent s’identifier au club, c’est un aspect très important. Et puis que les supporters viennent en nombre au stade, c’est toujours un plaisir. Lors de ce premier tour, il y a eu beaucoup de monde. C’est vrai que pour les joueurs ce soutien procure un plus pour leur rendement. Lorsqu’ils se sentent poussés par les supporters, c’est un sentiment magnifique.

Pour terminer, mis à part Xamax, vous avez un club que vous appréciez particulièrement ?

Depuis tout petit, j’ai toujours aimé la Juventus. Je suis également très attaché au jeu et aux valeurs inculquées par le FC Barcelone.

Jean-Paul Picci
 

Les 5 derniers titres

Participez au sprint final vers la promotion
Soyez fiers d’être Xamaxiens : offrez le ballon du match !...plus »
Second essai en Angleterre pour Loïc Jacot
Après Manchester City, place à Liverpool...plus »
Opération Super League
Petits plats pour grands défis...plus »
Camp d'entraînement à Murcia en Espagne
Retrouvez toutes les photos sur notre compte Instagram @xamaxfcs...plus »
Appel au public
Choisissez le maillot de la saison prochaine...plus »
Mailot 2017-2018
Instagram
Shop
Newslewtter
Sysconcept