Interview de Christian Binggeli par Jean-Paul Picci

Oct
18
2013
Interview de Christian Binggeli par Jean-Paul Picci
28.10.2013 09:13 - rédigé par Neuchâtel Xamax FCS
A A A

Nous devons tous travailler avec nos tripes

Jean-Paul Picci, journaliste chez Radio Fréquence Jura (RFJ), a réalisé une longue interview du président de Neuchâtel Xamax FCS, Christian Binggeli.

Afin d’en faire profiter les fans des Rouge et Noir, Monsieur Picci l’a aimablement soumise au club.

Découvrez ou redécouvrez un président passionné qui se livre avec cœur et transparence et dont le motto est « Nous devons tous travailler avec nos tripes ».

Extraits choisis :

A PROPOS DE LA RECONSTRUCTION DE L’ÉQUIPE

Reconquérir le public passe également par du beau jeu et des victoires. Comment avez-vous procédé pour bâtir l’équipe actuelle ?

Il fallait impérativement et vite remonter en Première Ligue Classic. Le défi a été relevé avec une équipe jeune issue du mouvement junior. Une fois la promotion obtenue, il est devenu plus simple de faire venir des sponsors et des joueurs. Deux anciens joueurs de Neuchâtel Xamax, qui évoluaient en Challenge League et qui arrivaient au terme de leur contrat, se sont approchés de nous. Une fois l’un d’entre eux convaincu, d’autres sont venus se greffer à l’effectif. Il y a eu un effet boule de neige. Mon rêve c’était de signer Charles-André Doudin. Au mois de mars, je l’ai contacté, mais c’était encore trop tôt. Le joueur avait plusieurs propositions notamment de Vaduz et du Lausanne Sport. Mais il aurait dû déménager alors qu’il cherchait une certaine stabilité familiale. Je lui ai donc proposé un poste à 50% au sein de mon entreprise DC Dental Technique. Et il a signé ! Nous avons aidé plusieurs joueurs à trouver un travail, c’était important pour eux.

Mais comment convaincre des joueurs professionnels d’évoluer en Première Ligue Classic ?

Ceux qui nous ont rejoints ne l’ont pas fait pour l’argent. Ils avaient envie de participer au renouveau du club, de se retrouver dans une équipe de copains neuchâtelois. Mais c’est surtout par amour pour Xamax.

A PROPOS DE SA RELATION AUX JOUEURS ET DE SON MODÈLE, GILBERT FACCHINETTI

C’est votre fibre paternelle ?

Oui, je les aime ces joueurs, ils m’apportent beaucoup. Ils n’ont pas l’habitude d’avoir un président cool, ils me l’ont dit ! Se comporter comme une famille va nous permettre de renaître. A l’heure actuelle, je ne veux pas de manager. Je fonctionne à la poignée de main, à l’image de ce que faisait Gilbert Facchinetti

Vous vous en inspirez ?

Oui tout à fait, car sur l’aspect relationnel, c’est le plus beau porte-parole du football neuchâtelois.

A PROPOS DES OBJECTIFS DU CLUB

Revenons au domaine sportif, quel est l’objectif pour cette saison ?

J’aimerais jouer les finales puis monter en Première Ligue Promotion. Mais l’entraineur n’est pas d’accord avec moi, il ne veut pas penser si loin et souhaite gagner match après match. Alors oui l’échec est possible, mais d’ici deux ans il faut accéder à l’échelon supérieur.

Au vu de la qualité de l’effectif, n’est-ce pas un manque d’ambition de ne pas viser d’office la promotion?

Non ! Nous ne sommes pas à l’abri d’un match raté, d’une mauvaise décision arbitrale. L’humilité est un crédo important à nos yeux. Il ne faut pas se vanter de vouloir être premier. Le football est fait d’imprévus…

Et quel est l’objectif à moyen terme ?

Remonter le club en Challenge League. L’objectif semble réalisable. Le tissu économique neuchâtelois n’est pas suffisant pour que Xamax puisse rejouer dans l’élite du football suisse. Il faudrait pour cela un mécène. Il est donc préférable de jouer le haut du classement en Challenge League, d’avoir du monde au stade, que d’être dernier en Super League et de jouer devant des banquettes à moitié vides.

A PROPOS DE LA FUSION

Il y a quelques mois Neuchâtel Xamax 1912 a fusionné avec le FC Serrières pour devenir Neuchâtel Xamax FCS. Expliquez-nous les raisons de ce mariage.

Sportivement, Xamax et Serrières auraient évolué dans la même catégorie de jeu, les deux formations se seraient donc tirées dans les pattes. De plus, il s’est avéré que nous avions les mêmes sponsors. Il était devenu nécessaire de regrouper nos forces sportives et économiques pour avoir un club fort dans le canton.

En toute franchise, il ne reste plus grand-chose du FC Serrières aujourd’hui, ne devrait-on pas plutôt parler d’absorption plus que de fusion ?

Non, il reste beaucoup de choses du FC Serrières, notamment tout le mouvement junior social qui est important à nos yeux. A Xamax, le football des jeunes est plus élitaire et plus lourd avec quatre entrainements par semaine.

Neuchâtel Xamax FCS remercie Monsieur Picci de lui avoir mis cette interview à disposition.

Les 5 derniers titres

Appel au public
Choisissez le maillot de la saison prochaine...plus »
Léo Farine prolongé d'une année
Neuchâtel Xamax FCS mise sur l’avenir en prolongeant le contrat de Léo Farine...plus »
Camp d'entraînement à Murcia en Espagne
Retrouvez toutes les photos sur notre compte Instagram @xamaxfcs...plus »
Camp d'entraînement
Neuchâtel Xamax FCS en Espagne ...plus »
Compte rendu du match Xamax - Breitenrain du 12.01.2018
Pour leur premier match amical de l'année, les rouge et noir se sont imposés 5-0 face à Breitenrain....plus »
B&H
Instagram
Shop
Appli
Option-Web.ch